POLCAN2ID#: 763
Date: 2015-08-28
Time: 00:00:00
Sent by:
Category: Call for Papers
Subject: Appel à contributions pour un numéro spécial de la revue Sur le journalisme sur études comparatives en journalisme, médias et politique



Chères et chers collègues [English follows]

Veuillez trouver en pièce-jointe un appel à contributions pour un numéro spécial de la revue Sur le journalisme sur études comparatives en journalisme, médias et politique. N'hésitez pas à faire circuler cet appel parmi vos contacts.

Cordialement,

Julián Durazo Herrmann.

 

About Journalism – Sur le journalisme – Sobre jornalismo

Revue scientifique internationale

http://surlejournalisme.com/rev

 

 

Appel à publication

 

Études comparatives sur le journalisme, les médias et la politique

Date de publication de l’appel : 15 août 2015

Date de soumission des résumés : 31 octobre 2015

Décision sur les résumés retenus : 30 novembre 2015

Date finale de réception des articles : 29 février 2016

 

 

Coordinateurs :

Arnaud Anciaux (Université Laval, Canada) arnaud.anciaux@com.ulaval.ca

Julián Durazo Herrmann (Université du Québec à Montréal, Canada) durazo.julian@uqam.ca

Liziane Soares Guazina (Universidade de Brasília, Brésil) liziane.g@uol.com.br

 

Les croisements entre journalisme, médias et politique apparaissent très nombreux dès lors qu’on soulève le rapport entre ces objets d’analyse et les environnements, écosystèmes et sociétés dans lesquels ils évoluent, auxquels ils contribuent. Ce rapport peut se retrouver tout à la fois dans une réflexion sur les grandes constructions théoriques issues des sciences sociales et dans les questionnements issus des terrains et des réflexions nées de l’analyse empirique. Toutefois, ces croisements entre journalisme, médias et politique ont rarement été étudiés systématiquement jusqu’ici.

 

Dans cette perspective, l’analyse comparative entre différents espaces, différents mondes, différentes sociétés peut sembler particulièrement adéquate pour mettre en résonnance les phénomènes étudiés et leurs contextes. Notre démarche rejoint une tradition déjà largement établie de travaux de recherche qui suivent une démarche comparative entre différents pays. Œuvres issues de démarches individuelles, de projets collectifs ou de rapprochements en cours de route, ces études semblent pouvoir être construites et intervenir dans la recherche de manières très diverses, être issues autant d’impératifs scientifiques que de goûts ou trajectoires de chercheurs. Les études comparatives répondent également – sans nécessairement que cela soit leur objectif – à une certaine économie de la recherche, encourageant les rapprochements entre acteurs sociaux et académiques et la visibilité à une échelle internationale.

 

Cette diversité des démarches comparatives peut accorder une place particulière à certains questionnements transversaux. C’est ainsi qu’est construit l’objet de ce numéro s’intéressant aux études comparatives touchant, simultanément ou parallèlement, les rôles du journalisme, des médias et de la politique au sein d’espaces et sociétés diverses. Quels peuvent être les objets de la comparaison ? Quelles peuvent en être les outils, les moyens et les méthodes ? Entre espaces locaux et sociétés nationales, quel est le niveau idéal pour une analyse comparative ? Comment l’exercice comparatif est-il lui-même-construit ? Comment réaliser des inférences et construire des généralisations théoriques à partir d’une démarche comparative ? Quelles peuvent être les places respectives des méthodes quantitatives et qualitatives au sein de ce débat ?

 

Pour investir ces questionnements au sein de ce numéro thématique de la revue Sur le journalisme – About journalism – Sobre jornalismo, nous sollicitons des articles produits par des chercheurs de toutes disciplines des sciences humaines et sociales, et s’intéressant, dans une démarche comparative, aux thématiques du journalisme, des médias et de la politique. Pour ce faire, les propositions pourront croiser ces thématiques, en abordant par exemple les relations média-démocratie, les systèmes de médias et pratiques politiques du journalisme, le journalisme et les processus politiques (i.e., campagnes électorales), etc. De manière plus générale, les propositions pourront également se concentrer sur l’une ou l’autre des trois thématiques de ce numéro, touchant ensemble à la construction d’une réflexion commune. Au sein de ces différentes possibilités, les articles doivent être fondés sur une réflexion théorique et empirique faisant explicitement appel à une démarche méthodologique de comparaison, et ce, quelles que soient les formes que cette dernière peut prendre (comparaison stricto sensu de cas distincts, mise en contraste entre différents pays, démarche transnationale, etc.). Enfin, des propositions de nature plus spécifiquement épistémologique, théorique ou méthodologique pourront être considérées, dès lors qu’elles aborderont la question de la comparaison de manière originale et pertinente au regard des objectifs de ce numéro.

 

Aussi, afin d’entamer ce dialogue, les articles retenus pourront être fondés sur une méthode quantitative, qualitative ou mixte, mais devront consacrer une part importante de leur présentation à expliquer leur positionnement épistémologique et méthodologique. Les terrains étudiés devront être analysés de manière originale, afin de montrer leur contribution aux thématiques croisées du journalisme, des médias et de la politique. Il importe en cela que les articles discutent précisément et de manière critique comment les positionnements épistémologiques et méthodologiques ont été mobilisés dans la recherche, ainsi que ce qu’ils ont permis de construire dans une logique de généralisation et d’analyse théorique.

 

Nous insistons à la fois sur l’importance stratégique et l’intérêt de la comparaison dans la recherche, ainsi que sur la possible diversité qu’elle recouvre : choix des chercheurs, méthodes et positionnements épistémologiques. Sans la condamner ni l’exclure, nous souhaitons élargir la réflexion au-delà de la logique – parfois dominante – du positivisme/fonctionnalisme. Dans la comparaison, ce dernier est souvent lié dans une même démarche à des méthodes quantitatives et une approche normative. Si cette démarche possède sa légitimité, nous souhaitons dans le cadre de ce numéro thématique ouvrir des espaces pour d’autres formes de comparaison, afin de promouvoir la rencontre et le dialogue entre traditions, positionnements épistémologiques, méthodes, terrains et démarches de recherche différents.

 

Les articles peuvent être proposés en français, en anglais, en portugais ou en espagnol.

 

Merci de faire savoir votre intérêt pour ce dossier, en proposant un résumé de deux pages maximum de votre projet d’article, avant le 31 octobre 2015, à :

arnaud.anciaux@com.ulaval.ca

durazo.julian@uqam.ca

liziane.g@uol.com.br

 

Les auteurs seront informés de la décision des coordonnateurs le 30 novembre 2015.

 

Merci de soumettre les textes finaux (de 30 à 50 000 signes tout compris) avant le 29 février 2016.

 

Évaluation en double aveugle. Les articles proposés doivent faire apparaître un référencement théorique, une méthodologie de recherche, un matériau d’analyse.

 

Sur le journalisme – About Journalism – Sobre jornalismo…

 

…est le lieu de rencontres de traditions et de centres d’intérêts de recherche, travaillées par l’histoire. Les études sur le journalisme se sont structurées à partir d’épistémologies, de démarches et de méthodologies qui façonnent les productions scientifiques nationales et les aires linguistiques. La revue met en résonance ces pratiques et les résultats, par un positionnement résolument international. Dans un contexte de mondialisation et d’homogénéisation relative des systèmes médiatiques et des pratiques journalistiques, la revue porte aussi un regard sur les convergences et les résistances des cultures journalistiques et scientifiques.

La revue est un espace voué à la science. Animée par un comité éditorial (de quatre éditeurs) chargé de fluidifier les échanges, elle s’appuie sur le travail en commun de conseils scientifiques composés de chercheurs européens, latino-américains et nord-américains. Les membres de ces conseils sont des personnalités reconnues pour la qualité de leurs recherches et le regard international et interdisciplinaire qu’ils portent sur les travaux en journalisme.

La revue est un tremplin pour la publication de travaux novateurs, de regards transdisciplinaires et de recherches d’étudiants. Publiée en ligne et sur papier, elle est constituée de dossiers thématiques, autour de problématisations précises, pour diffuser des résultats théoriques et/ou méthodologiques originaux. Les résultats de recherche de Master, de rapports et d’études scientifiques, de notes de terrain et de corpus, trouvent aussi dans la revue un espace de diffusion.

La revue est un rendez-vous entre des envies, des regards, des chercheurs qui trouveront dans ces colonnes un lieu de vie scientifique stimulant. Le premier numéro de la revue a été publié en 2012.

               

Editeurs / Editors / Editores 

François Demers (Université Laval, Canada) • Florence Le Cam (Université libre de Bruxelles, Belgique) • Fábio Henrique Pereira (Universidade de Brasília, Brasil) • Denis Ruellan (Université de Rennes 1, France).

 

Conseils scientifiques / Editorial board / Conselhos científicos

Zélia Leal Adghirni (Universidade de Brasília, Brasil), Henri Assogba (Université Laval, Canada), João Canavilhas (Universidade da Beira Interior, Portugal), Jean Charron (Université Laval, Canada), Rogério Christofoletti (Universidade Federal de Santa Catarina, Brasil), Béatrice Damian-Gaillard (Université de Rennes 1, France), Salvador De León (Universidad Autónoma de Aguacalientes, Mexico), Juliette De Maeyer (Université de Montréal, Canada), Javier Diaz Noci (Universidad Pompeu Fabra, España), David Domingo (Université libre de Bruxelles, Belgique), Chantal Francoeur (Université du Québec à Montréal, Canada), Marie-Soleil Frère (Université libre de Bruxelles, Belgique), Mike Gasher (Concordia University, Canada), Gilles Gauthier (Université Laval, Canada), María Elena Hernández Ramirez (Universidad de Guadalajara, Mexico), Thais de Mendonça Jorge (Universidade de Brasília, Brasil), Eric Lagneau (LIER – EHESS, France), Sandrine Lévêque (Université de la Sorbonne, France), Kenia Beatriz Ferreira Maia (Universidade Federal do Rio Grande do Norte, Brasil), Pere Masip Masip (Universidad Ramon Llull, España), Cláudia Mellado Ruiz (Universidad de Santiago, Chile), Dione Oliveira Moura (Universidade de Brasília, Brasil), Véronique Nguyen-Duy (Université Laval, Canada), Greg Nielsen (Concordia University, Canada), Raúl Hernando Osorio Vargas (Universidad de Antioquia, Colombia), Sylvain Parasie (Université Paris-Est, France), Laura Pardo (Universidad de Buenos Aires, Argentina), Valérie Jeanne Perrier (Université Paris-Sorbonne, France), Guillaume Pinson (Université Laval, Canada), Mauro Pereira Porto (Tulane University, USA), Franck Rebillard (Université Sorbonne nouvelle, France), Viviane Resende (Universidade de Brasília, Brasil), Rémy Rieffel (Université Panthéon-Assas, France), Roselyne Ringoot (Université Grenoble Alpes, France), Julien Rueff (Université Laval, Canada), Eugenie Saitta (Université de Rennes 1, France), Lia Seixas (Universidade Federal da Bahia, Brasil), Nikos Smyrnaios (Université Toulouse 3, France), Jean-Francois Têtu (IEP de Lyon, France), Marie-Eve Thérenty (Université Paul Valéry, France), Annelise Touboul (Université de Lyon 2, France), Adeline Wrona (Université Paris-Sorbonne, France)

 

http://surlejournalisme.com/rev




home



The Canadian Political Science Association (CPSA) does not and cannot guarantee the accuracy of these messages. Opinions and findings that may be expressed in the messages are not necessarily those of the CPSA or its Directors, Officers and employees. Anyone using the information does so at their own risk and shall be deemed to indemnify the CPSA from any and all injury or damage arising from such use. Moreover, the CPSA does not sponsor, review or monitor the contents of sites accessible via hyperlinks. Messages are posted in the language received.