POLCAN2ID#: 2766
Date: 2017-04-12
Time: 00:00:00
Sent by:
Category: Conference
Subject: Atelier d'Options politiques, 28 avril 2017 — « Understanding the Indian Act »



Réacheminez ce couriel    Visualisez ce courriel dans votre navigateur    English version

 

 

 
 

Atelier d'Options politiques

 

« Understanding the Indian Act »
28 avril 2017, Ottawa

 

Le gouvernement fédéral a récemment annoncé qu’il réexaminerait les lois et politiques liées aux peuples autochtones et a désigné un groupe de travail interministériel pour mener à bien l’exercice. Au nombre des lois à l’étude, la Loi sur les Indiens, vieille de 141 ans, compte parmi les plus complexes et les plus contestées. Quel est l’historique de cette loi coloniale ? Comment a-t-elle été appliquée ? Peut-on seulement espérer la remplacer par un cadre d’action propice à de meilleurs liens de nation à nation ?

Trois experts tenteront de répondre à ces questions clés en vue d’approfondir la compréhension d’un enjeu majeur pour notre pays. Cliquer ici pour s’inscrire à l'atelier.

Les présentations seront en anglais seulement.

 

Experts invités

 

Frances Abele est professeure à l’École de politiques publiques et d’administration de l’Université Carleton et directrice d’études du Centre d’innovation communautaire de l’université. Ancienne directrice de recherche adjointe de la Commission royale sur les peuples autochtones, elle a collaboré avec le Centre national de la gouvernance des Premières Nations ainsi que d’autres think tanks et instituts de recherche.
 
 

 

Douglas Sanderson est membre de la Nation crie d’Opaskwayak. Professeur agrégé de la Faculté de droit de l’Université de Toronto, où il a obtenu son doctorat en droit, il est également titulaire d’une maîtrise en droit de l’Université Columbia, dont il a été boursier Fulbright.
 

 

Roger D. Jones est membre du Conseil de la Première Nation de Sagamok Anishnawbek, couverte par le traité Robinson-Huron. Aujourd’hui consultant indépendant, il a été conseiller juridique et politique du forum Ontario Regional Chief/Chiefs of Ontario, avocat-conseil principal de l’Assemblée des Premières Nations, chargé d’enseignement au Département d’études autochtones de l’Université de Sudbury ainsi que président-fondateur de l’Association du barreau autochtone.

 

 

Modératrice

 

Jennifer Ditchburn est rédactrice en chef d'Options politiques, le magazine en ligne de l'IRPP. Journaliste parlementaire maintes fois primée, elle a travaillé pendant plus de 20 ans à La Presse canadienne et à CBC, couvrant les questions nationales et parlementaires. Elle a remporté trois fois le Concours canadien de journalisme et reçu le prestigieux Prix Charles Lynch en 2015 pour ses reportages exceptionnels sur les enjeux nationaux. Elle a codirigé, avec Graham Fox, l'ouvrage paru en 2016 The Harper Factor: Assessing a Prime Minister’s Policy Legacy.

 

Pour de plus amples renseignements, prière de communiquer avec Suzanne Lambert au 514 787-0746 ou à <a data-cke-saved-href="mailto:slambert@irpp.org?subject=Atelier%20d" href="mailto:slambert@irpp.org?subject=Atelier%20d" options%20politiques%2c%2028%20avril%202017%20%e2%80%94%20%c2%ab%20understanding%20the%20indian%20act%20%c2%bb"="" target="_blank" style="color: purple;">slambert@irpp.org.

 

En partenariat avec :

School of Public Policy and Administration

School of Journalism & Communication

 

 
 

Institut de recherche en politiques publiques
1470, rue Peel, bureau 200  Montréal (Québec)  H3A 1T1
514 985-2461    irpp@irpp.org    irpp.org/fr

Pour être tenu au courant des activités de l’IRPP, veuillez vous abonner à sa liste d’envoi.
Se désabonner    Mettre à jour votre inscription 

 

 
 
 
 
 




home



The Canadian Political Science Association (CPSA) does not and cannot guarantee the accuracy of these messages. Opinions and findings that may be expressed in the messages are not necessarily those of the CPSA or its Directors, Officers and employees. Anyone using the information does so at their own risk and shall be deemed to indemnify the CPSA from any and all injury or damage arising from such use. Moreover, the CPSA does not sponsor, review or monitor the contents of sites accessible via hyperlinks. Messages are posted in the language received.