POLCAN2ID#: 114
Date: 2014-09-03
Time: 09:38:00
Sent by:
Category: Call for Papers
Subject: Former les élus/Training elected officials : Appel à contributions/CfP (ST # 34), AFSP, Aix 2015



[An English version follows]

 

Chers collègues et amis,

Nous avons le plaisir de vous faire plaisir un appel à communications sur la formation des élus. Pourriez-vous distribuer cet appel à contributions dans vos réseaux? Les propositions d’environ 3 000 signes (espaces compris) seront appréciées (avant le 15 octobre). Désolé pour tout dédoublement dans les envois électroniques.

 

 

Anne Mévellec, Université d’Ottawa, mevellec@uottawa.ca

 

 

 

 

Félix Grenier, Université d’Ottawa, fgren027@uottawa.ca

 

 

 

 

Nous recherchons des contributeurs pour une section thématique sur la formation des élus. Cette section thématique questionne les processus de professionnalisation politique à partir des divers modes de formation qui visent à socialiser les élus au métier politique. En questionnant un moment particulier qui est celui des espaces formels de formation, nous entendons couvrir les divers modes et programmes de formations visant à transmettre une expertise politique, législative et administrative aux acteurs ayant été élus ou se destinant à des fonctions électives. Deux discussions seront conduites. La première concerne la théorie politique et s’intéresse à la relation entre la légitimité démocratique et experte. La seconde interroge les audiences, les conditions de production et les effets de ces formations sur la manière dont le mandat et le rôle des élus sont définis et exercés.

 

 

 

 

Dans le sillon des travaux de Weber (1963), la professionnalisation politique admet deux sens qui sont le fait d’exercer à plein temps une activité politique et d’en tirer sa principale rémunération ; et la reconnaissance d’un « métier », de savoir-faire, d’une déontologie spécifique, ou l’existence d’instances de régulation (Gaxie 2001). De nombreux auteurs français se sont intéressés au métier politique particulièrement dans les années 1990 (Fontaine et Le Bart 1994 ; Politix 1994). La question de la professionnalisation des élus a aussi pris du galon à l’aune des recherches internationales (Cotta et Best 2000 ; Steyvers and Verhelst 2012). Cette section thématique propose de faire le lien entre ces littératures sur le métier et la professionnalisation des élus en questionnant un moment particulier qui est celui des divers modes et espaces formels de formation. Ces moments peuvent aller de la simple procédure d’accueil à des formations s’étendant sur plusieurs semaines (voir Steinack, 2012). Ils s’étendent aussi à de potentiels futurs élus à travers des exercices tels que les simulations parlementaires.  Différentes expériences de formation des élus sont ainsi repérables dans une diversité de contextes géographiques et institutionnels. Ces formations offrent des contenus variés, adoptent des méthodes diversifiées et sont dirigées vers de multiples audiences. Elles sont aussi offertes par différents types d'organisations (ex. : Parlement, Gouvernement, partis politiques) et suivent différents modes de participation. Néanmoins, elles ont pour point commun l’idée que l’élu (actuel ou futur) doit acquérir des compétences expertes afin d’exercer son mandat politique. En d’autres mots, elles incarnent toutes la tension entre les principes démocratiques et experts dans la prise de décision et les choix des élus.

 

 

 

 

Les contributions s’inscriront dans l’étude de deux axes particuliers c’est-à-dire des liens entre démocratie et professionnalisation et des conditions et modes de formation des élus. Le premier axe étudiera comment l’octroi de diverses formes de formations représente un dispositif augmentant l’importance des savoirs experts dans l’espace décisionnel des élus. On soulignera comment cette dynamique transforme les modèles de sélection des élus puisque la légitimité de l’élu « amateur » découle du processus démocratique et que celle du  « professionnel » provient de la possession de compétences techniques notamment acquises par le biais des formations. De même, on étudiera comment les processus de prise décision sont influencés par ce dispositif.  Divers modèles ont été élaborés pour comprendre cette relation se concentrant particulièrement sur les liens d’autorité entre expertise et politique et permettant de questionner le caractère technocratique des divers modes et programmes de formation des élus.

 

 

 

 

Un deuxième axe permettra d’étudier les programmes de formation, entendus comme des moments cruciaux dans la définition du métier que les élus vont exercer. Il s’agit de saisir les méthodes, logiques et registres mobilisés par les formateurs et leur appropriation par les formés. Ces dimensions peuvent être abordées en étudiant les diverses méthodes et modèles de formation ainsi que sur les audiences visées. On pourra aussi questionner les conditions de production de ces formations c’est-à-dire les espaces, acteurs et institutions organisant les formations et leur contenu. Il sera aussi possible d’évaluer les effets à court et à moyen terme de ces formations sur les capacités des élus à exercer leur mandat.  Enfin, cette section thématique se veut l’occasion de réunir des travaux à la fois empiriques et théoriques traitant de pratiques internationales, nationales ou locales. Les perspectives historiques et comparées permettront d’enrichir des travaux monographiques.

 

 

 

 

L’appel est également disponible sur le site de l’AFSP : http://www.afsp.msh-paris.fr/

 

 

**********************

 

 

Dear colleagues and friends, 

 

 

 

 

We are delighted to share this Call for Proposals with you. Could you share it in your networks? Proposals of approximately 3,000 signs (including spaces) will be greatly appreciated. Sorry for any cross-posting.

 

 

 

 

Anne Mévellec, Université d’Ottawa, mevellec@uottawa.ca

 

 

 

 

Félix Grenier, Université d’Ottawa, fgren027@uottawa.ca
 

 

 

 

 

We are looking for contributions for our thematic section on training of elected officials. This thematic section studies the process of political professionalization and, in particular, the training activities and programs that aim to socialize elected officials to their political profession. We inquire about the diverse formal training methods and programs that transmit political, legislative, and administrative expertise to current and future elected officials. We advance two main focuses. The first focus is directed at political theory and underlines the tension that exists between democratic and expert legitimacy. The second focus questions the audiences, contexts, and effects that these training activities can have on the ways in which the mandates of elected officials are defined.

 

 

 

 

Following seminal work of Weber (1963), authors such as Gaxie (2001) have defined the concept of political professionalization through two main functions: first, remuneration for the exercise of political activity on a full-time basis; and second, recognition of the profession, including its specific competences and deontology, by a regulatory organization. In France, several scholars have already studied the political profession, particularly during the 1990s (Fontaine and Le Bart 1994; Politix 1994). Questions about the professionalization of elected officials have also been raised elsewhere (Cotta and Best 2000; Steyvers and Verhelst 2012).

 

 

 

 

This thematic section links repertoires on professionalization and political professions by problematizing specific moments of the political professionalization process—namely, the activities, programs, and spaces associated with formal training. These moments can range from simple welcoming procedures to training programs that are extended over several weeks (e.g. see Steinack 2012). The problematization of these moments can also be directed towards future or potential elected officials by focusing on activities like parliamentary simulations. The various audiences, course materials, and methods used in such training activities and programs can represent the diversity of the political professionalization process. The institutional contexts (i.e. parliaments, political parties, professional associations) and modes of participation can also follow different frameworks. Yet, they all converge in the idea that elected officials need to acquire expert competences in order to exercise a political mandate.

 

 

 

 

Contributions to this thematic section will be associated with one of the following two axes: first, the links between democracy and political professionalization; and second, the contexts and methods associated with training elected officials. The first axis will look at the relationship between diverse training activities and the growing requirement for expert competences to be present in elected officials’ decision-making spaces. Contributions can also underline how the professionalization process transforms the way elected officials are selected.

 

 

 

 

The second axis is associated with the analysis of training programs as crucial moments in the definition of elected officials’ profession. The objective of this axis is to assess the methods, logic, and repertoires that are mobilized by such training, as well as to evaluate the short- and long-term effects of these training programs on elected officials’ ability to exercise their mandates. Finally, we encourage contributors to combine theoretical and empirical concerns in order to study these questions from local, national, and/or international perspectives.

 

 

 

 

You can also consult the Call for Proposal (in French) at: http://www.afsp.msh-paris.fr/

 

 

 

 

 

 

 


--
Félix Grenier
Candidat au doctorat/ Ph.D. Candidate
Université d'Ottawa/University of Ottawa
École d'études politiques/School of Political Studies
7005- 120 Université,
Ottawa, Ontario, Canada, K1N 6N5
fgren027@uottawa.ca

ISA-Canada, Membre du comité du développement professionnel/Member of the Professional Development Committee

AVIS / NOTICE: Ce message peut contenir des renseignements privilégiés et confidentiels et il est strictement réservé à l'usage du destinataire indiqué. Si vous n'êtes pas le destinataire de ce message, la consultation ou la reproduction même partielle de ce message et des renseignements qu'il contient est strictement interdite. Si ce message vous a été transmis par erreur, veuillez en informer l'expéditeur en lui retournant ce message. / This message is reserved strictly for the use of the individual or organization to whom it is addressed and it may contain privileged and confidential information. Access, copying or re-use of any information contained therein by any other person is not authorized. If you are not the intended recipient please notify me immediately by returning the message to me.




home



The Canadian Political Science Association (CPSA) does not and cannot guarantee the accuracy of these messages. Opinions and findings that may be expressed in the messages are not necessarily those of the CPSA or its Directors, Officers and employees. Anyone using the information does so at their own risk and shall be deemed to indemnify the CPSA from any and all injury or damage arising from such use. Moreover, the CPSA does not sponsor, review or monitor the contents of sites accessible via hyperlinks. Messages are posted in the language received.